La recherche en radiesthésie et la recherche scientifique

monjob 283x300 La recherche en radiesthésie et la recherche scientifique

Un article de Daniel Marchal, géobiologue – ou géobiologiste – en Belgique.

Une recherche se doit d’être méthodique et menée avec tout l’art de son métier.

Le résultat d’une recherche scientifique, pas plus que la réussite d’une recherche en radiesthésie ne peut jamais être garanti (sinon il n’y aurait plus de chercheurs mais seulement des « trouveurs ») !

Une recherche initiée par un chercheur sérieux peut aboutir au fait que la découverte soit faite par une autre personne car le propre d’une recherche c’est tout d’abord de trouver ou de « fermer des portes ».

Lorsqu’une série de portes ont été fermées on peut enfin trouver la solution et découvrir finalement ce que l’on recherche… ou d’autres choses encore plus précieuses, encore plus utiles.

Là où la radiesthésie s’éloigne un peu de la recherche scientifique, c’est dans le fait que le radiesthésiste utilise des instruments différents, mais tout aussi efficaces, pour chercher. Il se sert plus particulièrement de son subconscient et de l’inconscient collectif.

Avez-vous déjà entendu que « tout est dans tout » ?  Et bien c’est ce « tout » que le radiesthésiste interroge.

Appelons, si vous avez l’esprit « ouvert », ce « tout » par le nom de votre Dieu, l’Univers, l’Inconscient Collectif, Saint Antoine, votre Ange Gardien, vos Guides, vos ancêtres ou toute autre appellation qui va dans le même sens !

En gros, ce que le radiesthésiste recherche, « quelqu’un » sait où il est. Quelqu’un a oublié ou on a mis ou perdu l’objet de la recherche MAIS l’Univers, l’Inconscient… sait car il a vu ce quelqu’un l’y « ranger », se le faire dérober ou le perdre.

C’est en se servant de ce souvenir oublié que le radiesthésiste peut retrouver un objet, surtout s’il est en contact avec les personnes qui l’on « rangé ».  Il se peut aussi que spontanément lors d’une recherche le radiesthésiste ait un « flash » et qu’il mette directement la main sur l’objet, cela m’est arrivé souvent mais je ne peux provoquer ce phénomène spontané et inexplicable, je ne commande pas à l’Univers et c’est bien ainsi !

Il arrive aussi que ce soit le « client » qui ait ce « flash » et qu’il retrouve spontanément, qu’il voit l’objet lors des recherches ou… un peu plus tard après que le processus ait été correctement initié.

Lorsqu’un chercheur scientifique fait une découverte, il est couvert d’éloges mais on néglige souvent le fait que la découverte incombe à une équipe sans laquelle il n’aurait rien trouvé. S’il ne trouve rien – et c’est souvent le cas – il est payé tous les mois et jouit toujours de la même considération de la part de ses pairs pour peu qu’il s’acquitte de sa part de travail.

Curieusement, lorsqu’un radiesthésiste découvre quelque chose on parle de « petit miracle » ou de coup de chance mais… s’il ne trouve rien, certains sont déçus et le traitent même parfois de charlatan. Alors que sa recherche a été menée de façon aussi rigoureuse que s’il avait effectivement trouvé. Cela ne s’est pas fait, cela n’a pas abouti mais l’espoir n’est pas perdu pour autant !

Si c’est le client qui trouve par après, il a tendance à oublier le travail du radiesthésiste et tout comme certains scientifiques il est persuadé que c’est lui seul qui a fait la découverte.

Voilà plus de 32 ans que je m’adonne à ma passion et j’ai découvert beaucoup de choses, mes clients ont retrouvé aussi beaucoup de choses pendant ou après mon passage mais je ne travaille pas à distance, je ne sais pas faire ce genre de chose. Avez-vous déjà entendu parler d’un chien policier qui trouve des choses à distance ?  Non, j’ai besoin de sentir les choses, de respirer une ambiance, de mener un enquête avant de trouver quoi que ce soit. Il est donc inutile d’envisager que je puisse trouver un chien, une vache, des clés… à partir de mon bureau. D’autres y arrivent m’a-t-on dit, mais pas moi.

Soyons modestes et raisonnables, il y a beaucoup d’échecs et rien en la matière ne peut être garanti.  D’un autre côté, si vous ne faites rien de plus que vous n’avez fait jusque maintenant, il se peut que jamais vous ne retrouviez un objet perdu de grande valeur.

Daniel Marchal
Géobiologue (géobiologiste)
en Belgique

VN:F [1.9.18_1163]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.18_1163]
Rating: 0 (from 0 votes)
La recherche en radiesthésie et la recherche scientifique, 10.0 out of 10 based on 1 rating
Loading Facebook Comments ...

2 réponses sur “La recherche en radiesthésie et la recherche scientifique”

  1. Bonjour Daniel,

    Sujet très intéressant, je commence un blog sur la radiesthésie,mais avec une approche différente de la tienne puisque je me place du coté du débutant. Puisque je n’ai jamais pratiqué le pendule et la radiesthésie .

    Mais j ai une certaine expérience avec les mondes subtils qui j espère va me faire avancé a grands pas dans cette découverte.

    Je vais suivre ton blog avec intérêt.

    Je regrette qu’il n’y est pas de photo dans ton article, je pense que cela l’aurait allégé.

    Bonne continuation

    Emmanuel

    1. Merci de m’avoir lu, Emmanuel, je suis d’accord avec toi, il manque des photos et un peu plus de couleur mais l’encre de mon blog est encore fraîche et il me reste du boulot pour illustrer tout cela. Merci de me suivre !
      Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.